Diversifier ses clients, indispensable ou non ?

9 juin 2020

La majorité des freelances possèdent un cahier de commandes bien chargé et se sont habitués à jongler entre plusieurs clients. Cependant, d’autres ont fait le choix de ne se consacrer qu’à un seul client. Cela peut être pour des raisons économiques ou par réelle affinité pour la mission. On entend souvent dire qu’il est impératif de diversifier ses clients. Est-ce vrai ? Si oui, doit-on absolument renoncer à travailler pour une seule et même entreprise, ne serait-ce que temporairement ?

Ne pas mettre tous ses œufs dans le même panier

Le principal argument en faveur de la diversification des clients est bien entendu d’ordre financier. Vous avez sûrement conscience de n’avoir aucune sécurité en tant qu’indépendant, contrairement à un employé. Cela signifie que votre client peut décider du jour au lendemain d’arrêter la collaboration avec vous sans devoir vous rendre de comptes. Difficile alors de rebondir rapidement et bonjour l’angoisse de se retrouver sans revenus… En partant de ce constat, il est beaucoup plus sécurisant de diversifier ses clients. Si l’une vous fait faux bond, vous avez toujours votre filet de secours (en l’occurrence vos autres clients).

Gagner de l’expérience 

Un autre argument qui encourage à diversifier sa clientèle est celui de l’expérience. Il vaut surtout si vous êtes un freelance novice ou intermédiaire. En effet, c’est en effectuant de nombreuses missions que vous serez à même d’acquérir du savoir-faire et de gagner en compétence. Le fait d’avoir de nombreux clients vous permet aussi de vous confronter à différentes méthodes de travail et à des exigences parfois très variées. Si vous pensez vous spécialiser mais que vous ne savez pas encore dans quel domaine, c’est une très bonne façon de faire son choix. En travaillant pour plusieurs clients et en explorant de nombreux domaines professionnels, vous aurez une vision plus large de votre métier et des éventuels débouchés.

Diversifier ses clients, c’est donc surtout recommandé en début d’activité. C’est l’occasion de forger son expérience, de se construire une réputation et d’acquérir un solide bagage de compétences.

Un seul client ? Oui mais…

Cependant, la réalité n’est pas aussi binaire. Il peut arriver plusieurs fois au cours de sa carrière de freelance de travailler avec un unique client. C’est le cas par exemple si vous êtes ultra-spécialisé. Vous effectuerez des missions à haute valeur ajoutée pour un nombre restreint d’entreprises. C’est aussi le cas si vous avez trouvé une mission qui correspond parfaitement à vos compétences et à vos attentes et qui s’étend sur une période assez étendue. En effet, l’entreprise peut avoir besoin de vous à plein temps pour effectuer un travail, notamment si vous faites partie d’une équipe (création d’une start-up, refonte complète d’un site internet…). Dans ce type de situation, il est assez courant de travailler uniquement avec un client pendant plusieurs mois. Une relation de confiance peut même s’instaurer et déboucher sur un partenariat au long cours. Il n’y a aucun mal à ça, mais attention tout de même à un des ennemis de la liberté du freelance : le salariat déguisé…

Les entreprises choisissent souvent de collaborer avec des indépendants sur de longues missions plutôt que d’embaucher un CDD par exemple. Elles apprécient la flexibilité et l’expertise des freelances, tout en profitant de ne pas avoir à payer de charges sociales. Tout le monde y trouve son compte, sauf lorsque la liberté du freelance est atteinte.

Comment savoir si vous êtes victime de salariat déguisé ?

  • Vous n’avez pas la possibilité d’organiser votre emploi du temps. Votre client vous dicte des horaires spécifiques et des contraintes en termes de période de travail qui ne se justifient pas par la nécessité de l’activité.
  • Vous ne prenez pas vos congés librement et on vous impose les dates.
  • Votre client vous impose de vous rendre tous les jours dans ses locaux. Vous travaillez dans un bureau que l’on vous a attribué, là encore sans que cela soit justifié par la nécessité de l’activité.
  • Un lien de subordination se créée entre vous et votre client. Il vous donne des ordres comme un supérieur hiérarchique le ferait. De plus, il vous sanctionne en cas de manquement à ses directives.

Vous avez l’impression qu’un déséquilibre de cette sorte se produit dans la relation avec votre client ? Tirez la sonnette d’alarme au plus vite. Si votre client ne veut pas entendre raison, vous serez alors tout à fait en droit de rompre votre collaboration. Sachez que dans les cas les plus extrêmes, un freelance peut saisir les prud’hommes et demander la requalification de son contrat en CDD ou en CDI. L’employeur devra alors verser les charges sociales qui sont dues. Il devra même éventuellement verser des dommages et intérêts, voire des indemnités de licenciement.

 

Heureusement, ces cas sont rares et la plupart des missions entre freelance et client se déroulent dans une entente partagée !

Tags : , , , , , , ,

Classés dans :

Laisser un commentaire