Freelance versus salarié : le match

28 avril 2020

 

Entre freelancing et salariat, votre cœur balance ? Ou bien vous avez besoin d’un petit rappel de vos années en tant que salarié, afin de mieux apprécier aujourd’hui d’être indépendant ? Voici un match (purement amical bien sûr) entre le salariat et le freelancing ! Deux statuts qui possèdent chacun des avantages indéniables et des inconvénients à prendre en compte.

L’emploi du temps

Pour ce point-là, le match semble joué d’avance. En effet, lorsqu’on est salarié, on n’a pas la possibilité de choisir son emploi du temps. Tout le monde ou presque a déjà été contraint de rester au travail plus tard que prévu, sans forcément être payé en heures sup’… Sans parler de ceux qui s’obligent à arriver en avance et à rogner sur leur pause déjeuner.

Les freelances ont cet énorme avantage de pouvoir organiser leur planning à leur guise. Caler ses rendez-vous clients, ses conf-calls et sa compta entre une séance de sport, aller chercher le petit dernier à l’école et un apéro entre amis, c’est possible ! Cela demande d’être sérieux et organisé, mais c’est une vraie liberté dont on a du mal à se passer une fois qu’on l’a connue. Attention toutefois à ne pas se laisser emporter par le piège de la frontière poreuse entre vie privée et vie professionnelle… 

Freelance : 1 / Salarié : 0

L’épanouissement 

De ce côté-là, tout dépend des personnalités. Certaines personnes ne souhaitent pas avoir de responsabilités ni devoir prendre la moindre décision. Dans ce cas, le salariat leur conviendra mieux que de travailler en indépendant, ce qui exige d’être son propre patron. Mais être employé dans une entreprise n’est pas toujours synonyme d’épanouissement… Il peut être très difficile d’oser dire non à sa hiérarchie lorsque notre cadre de travail ne nous convient pas ou plus. De plus, le salariat impose souvent une véritable pression car il est indispensable de “se faire bien voir”. Des demandes pourtant légitimes (augmentation financière, pose de congés…) peuvent sembler impossibles, à moins de compromettre sa position dans l’entreprise. 

Les indépendants ont le plaisir de ne dépendre de personne qui leur imposerait quoi faire. Travailler “pour soi” est souvent cité comme une vraie source d’épanouissement. Cela permet de s’estimer à sa juste valeur et de développer ses talents et ses compétences sans entrave. Le seul obstacle ? La solitude parfois dure à encaisser pour ceux qui s’entendaient bien avec leurs anciens collègues. Heureusement, le coworking est une bonne solution pour y remédier.

Freelance 1 / Salarié : 1

La rémunération

Ce match-ci peut se résumer en deux antagonismes : la sécurité vs la liberté.

Le principal argument de ceux qui préfèrent le salariat, c’est bien sûr celui de la stabilité. Le salaire arrive tous les mois sur son compte en banque, pas de mauvaise surprise. Les primes et les heures sup’ peuvent venir égayer parfois le tableau. Il est vrai que cette sécurité financière peut être rassurante, notamment pour faire des économies ou rassurer sur sa capacité de rembourser un crédit.

Les indépendants doivent s’accorder avec une rémunération plus fluctuante, qui peut varier du simple au double selon les mois. Tout dépend des missions qu’ils ont réussi à décrocher. A noter toutefois, que les possibilités de gagner de fortes sommes sont généralement beaucoup plus intéressantes pour les freelances, par rapport aux plafonds auxquels sont cantonnés les salariés. De plus, il est possible de trouver une certaine stabilité dans l’incertitude, par exemple en travaillant pour les mêmes clients tous les mois

Freelance : 1 / Salarié : 1

Les missions

Un match encore une fois gagné d’avance ! C’est évident, un salarié peut trouver un travail qui correspond à ses compétences et à ses goûts, dans une entreprise qui respecte les mêmes valeurs que lui. Mais honnêtement, qui d’autre que vous-même est le mieux placé pour savoir ce qui vous convient ? Créer son entreprise, c’est affirmer ses talents, sa personnalité et ses appétences. Un freelance est totalement libre de choisir lui-même dans quelle voie il va se tourner et sur quels projets il va travailler. Il décide avec quels clients cojober et peut même se former à sa guise sur de nouveaux champs de compétences. 

Freelance : 1 / Salarié : 0

 

Résultat du match : le freelancing l’emporte donc avec 4-2 ! En toute objectivité, bien sûr…

Tags : , , ,

Classés dans :

Laisser un commentaire